•  

    Après avoir établi le classement des villes européennes les plus embouteillées, la société Tom Tom s’est penchée sur les conditions de circulation des agglomérations françaises. Réalisé grâce aux informations collectées par les GPS sur une communauté de plus de 45 millions d’utilisateurs pendant 2 ans, ce classement fait voler en éclat les idées reçues.

    Nantes obtient la palme d’or de l’embouteillage car d'après ce palmarès, la préfecture de Loire-Atlantique est bien le cauchemar des automobilistes.

    Plus de 42,37 % des axes de la ville sont en effet considérés comme embouteillés. Un résultat bien supérieur à Bruxelles, numéro 1 du dernier classement européen avec 37 % des routes considérées comme bouchées.

    Alors à Nantes, toute le monde à pied ou à vélo ? Qu'on ne vienne pas ensuite se plaindre que l'industrie automobile française soit en difficultés et que les fermetures d'usines apportent leur lot supplémentaire de chômeurs …

     



    votre commentaire

  • Au 11 de la rue de Bouille, un atelier a été dernièrement reconverti en logements. Seule la porte d'accès d'origine subsiste et, près d'elle, un panneau indique : "Dépôt ROBY S.A Fournitures générales pour Sellerie, Tapisserie, Carrosserie".

    On comprend qu'il s'agit d'une activité d'un autre âge qui ne doit plus avoir sa place dans notre économie mondialisée. Car pour la société ROBY, tout commence en 1803 avec la fourniture de selleries pour les chevaux de l'empereur Napoléon Ier.

    En 2002 la raison sociale devient "Roby S.A.S." filiale du Groupe Boyriven, un équipementier spécialisé dans les composants pour véhicules industriels.
    En 2004, le groupe en question – considérant que cette activité historique n'était plus stratégique pour lui- cède sa filiale de sellerie Roby au fonds lyonnais Lamrock.

    On comprend dès lors que le "Dépôt nantais" de la rue de Bouille ait été repris par un promoteur immobilier qui a su en faire fructifier les mètres carrés vers une activité beaucoup plus lucrative que … la sellerie pour chevaux !


    votre commentaire
  • Nantes - Les aubettes de la station Commerce en feu (22/02/2014)

    Hier à Nantes, la manifestation anti-aéroport se voulait "populaire, familiale et festive". Mais elle a vite été débordée par une frange radicale et le centre-ville de Nantes a connu une véritable guérilla urbaine.

    Le carrefour cours des Cinquante Otages / Commerce devient le centre de toutes les violences. Pavés, pieux, pétards, bouteilles, grilles de caniveaux, billes d’acier, fusées de détresse, tout y passe. Juchés sur le canon à eau, les CRS repoussent les assauts mais les vitrines des boutiques du cours Franklin Roosevelt volent en éclat, les locaux de la TAN (société de transport de l’agglomération) sont saccagées et les aubettes incendiées une par une de manière méticuleuse …

    Après une telle manifestation, la contestation de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes se radicalise. Si une partie des opposants, de bonne foi, conteste un projet qui leur semble inutile, une autre frange d’opposants semble profiter de chaque manifestation pour s’en prendre aux forces de l’ordre. Comment tout cela va-t-il finir ?

     



    1 commentaire
  • L'édition de cette année (la 20ème, déjà !) était placée sous le signe du nouveau monde : un siècle de musique américaine.
    Evidemment le style musical était bien different de celui des éditions précédentes : moins classique, disons le tout net !

    Sans vouloir rejouer la querelle des anciens et des modernes, il faut bien dire que ce qui fut proposé a souvent été assez déroutant. Entre la barbershop music, le jazz, les negrospirituals, le comédies musicales et autres ... musiques de films ... la folle journée ne s'est-elle pas, cette année, un peu égarée ?

    Il faut peut-être y voir-là un tournant pour les éditions à venir : moins classiques, plus populaires ... ?
    L'édition 2015 devrait faire la part belle à la musique baroque, et René Martin nous dit qu'il a déjà les thèmes pour les folles journées 2016 et 2017 ... alors comme on dit outre-atlantique : "wait and see".


    votre commentaire

  • On l’a appelé Tulipier, car les fleurs de cet arbre ressemblent à des tulipes.
    Toutefois, celles-ci ne sont pas très voyantes tant leur couleur est vert pale et … de surcroît, elles n’apparaissent que sur les tulipiers âgés d'au moins 10 ans !
    Puis elles donnent des fruits coniques (bien visibles sur la photo) … mais pas avant 20 ans !

    Vu de ma fenêtre, j'ai toute une rangée de tulipiers qui ont dépassé allégrement les 20 ans et qui sont donc plein de fleurs et de fruits.
    Mais c’est en automne que ces arbres se font le plus remarquer, quand leurs feuilles passent du vert au jaune, les tulipiers de Virginie deviennent alors si lumineux que de mes fenêtres, on en prend plein les yeux !

    Originaire du sud des Etats Unis, le tulipier de Virginie a été introduit au 18ème siècle en Europe pour une utilisation ornementale. En France, les plus connus furent plantés au Petit Trianon de Versailles pour la Reine Marie-Antoinette en 1771 mais, la tempête de décembre 1999 les a abattus. Ils avaient 228 ans.
    Plus modestement,
    tout près d’ici, le jardin des Plantes, possède un Tulipier de Virginie (Liriodendron tulipifera) de 150 ans dont le tronc dépasse trois mètres de circonférence !
    Un spécimen spectaculaire à découvrir lors de votre prochaine balade …

     



    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique