• L'édition de cette année (la 20ème, déjà !) était placée sous le signe du nouveau monde : un siècle de musique américaine.
    Evidemment le style musical était bien different de celui des éditions précédentes : moins classique, disons le tout net !

    Sans vouloir rejouer la querelle des anciens et des modernes, il faut bien dire que ce qui fut proposé a souvent été assez déroutant. Entre la barbershop music, le jazz, les negrospirituals, le comédies musicales et autres ... musiques de films ... la folle journée ne s'est-elle pas, cette année, un peu égarée ?

    Il faut peut-être y voir-là un tournant pour les éditions à venir : moins classiques, plus populaires ... ?
    L'édition 2015 devrait faire la part belle à la musique baroque, et René Martin nous dit qu'il a déjà les thèmes pour les folles journées 2016 et 2017 ... alors comme on dit outre-atlantique : "wait and see".


    votre commentaire

  • On l’a appelé Tulipier, car les fleurs de cet arbre ressemblent à des tulipes.
    Toutefois, celles-ci ne sont pas très voyantes tant leur couleur est vert pale et … de surcroît, elles n’apparaissent que sur les tulipiers âgés d'au moins 10 ans !
    Puis elles donnent des fruits coniques (bien visibles sur la photo) … mais pas avant 20 ans !

    Vu de ma fenêtre, j'ai toute une rangée de tulipiers qui ont dépassé allégrement les 20 ans et qui sont donc plein de fleurs et de fruits.
    Mais c’est en automne que ces arbres se font le plus remarquer, quand leurs feuilles passent du vert au jaune, les tulipiers de Virginie deviennent alors si lumineux que de mes fenêtres, on en prend plein les yeux !

    Originaire du sud des Etats Unis, le tulipier de Virginie a été introduit au 18ème siècle en Europe pour une utilisation ornementale. En France, les plus connus furent plantés au Petit Trianon de Versailles pour la Reine Marie-Antoinette en 1771 mais, la tempête de décembre 1999 les a abattus. Ils avaient 228 ans.
    Plus modestement,
    tout près d’ici, le jardin des Plantes, possède un Tulipier de Virginie (Liriodendron tulipifera) de 150 ans dont le tronc dépasse trois mètres de circonférence !
    Un spécimen spectaculaire à découvrir lors de votre prochaine balade …

     



    votre commentaire
  • Nantes, rue de l'Arche-sèche.

    Pour relier la quarantaine d’œuvres et d’étapes du "Voyage à Nantes" essaimées dans toute la ville, une ligne verte parcourt les rues.
    Mais cette ligne verte est devenue pour certains une source d'inspiration, et les piratages se multiplient transformant la ligne directrice en un véritable bazar urbain !

    De nombreuses déviations ont en effet été ajoutées au trajet initial de la ligne verte… et amènent maintenant directement le visiteur à l’intérieur de boutiques, de divers commerces.
    Parfois, le détournement se fait politique voire militant: sur la place du Bouffay ou derrière la Cathédrale, la ligne verte a été transformée en piste d’atterrissage pour avions … Notre-Dame des Landes n'est jamais loin …

    Evidemment, cette liste de détournements est loin d’être exhaustive. Il y en a d’autres pratiquement tout les jours.

    Le Voyage à Nantes est décidément devenu une aventure périlleuse !

    >> Le voyage à Nantes déjà sur PertiNantes … 

                                                                                                                                                                                  


    1 commentaire
  • Dans le couloir qui conduit à la gare Sud, cette affiche lumineuse voudrait démontrer que la cité des Doges aurait des progrès à faire ... du côté des odeurs.
    Mais c'est un peu la poêle qui se moque du chaudron, car ici ça ne sent pas la rose !


    votre commentaire
  • "Robe de rosée", par Corinne Cuenot

    Sous le label "Art au carré", durant 6 semaines et jusqu'à hier, sur quelques 3 000 m2, 35 artistes contemporains ont exposé leur création, en plein cœur de Nantes… dans une ancienne caserne, provisoirement convertie en espace d'exposition avant sa transformation en logements haut de gamme.

    Peinture, sculpture, textiles, photographies et installations diverses … il y a de quoi arpenter et se perdre au milieu des couloirs et des escaliers. Chaque artiste dispose de sa propre salle, et chacun d’entre eux y a créé sa propre atmosphère.

    C’est énorme et souvent un peu délirant !


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique