• La Bouteillerie : RIP

    L'Entrée ouest du cimetière La Bouteillerie située place de la Médaille-Militaire.

     

    Ce n'est pas le cimetière le plus célèbre de Nantes bien sûr, mais La Bouteillerie possède dans ses carrés les ancêtres des grandes familles nantaises. Les illustres commerçants ou industriels de la ville sont là : Decré, Dubigeon, … mais aussi les artistes et écrivains : Guépin, Cadou, Mellinet …
    Un carré militaire occupe le centre du cimetière. Dès 1919, sont inhumés là tous ceux qui succombent dans les hôpitaux militaires établis à Nantes durant la Première Guerre mondiale.
    1 781 tombes pour de soldats français mais aussi anglais, belges, russes, polonais, allemands et des combattants venus des colonies françaises : Algériens, Sénégalais, ou d'autres avec des noms aux consonances asiatiques.

    En 1931, le bateau à vapeur le "Saint-Philibert", effectuant la liaison depuis l'île de Noirmoutier vers le continent, fait naufrage. Ce drame entraîne la mort de près de 500 personnes. Ayant constaté que 54 des corps retrouvés n'ont pas de proches ou de famille pour leur donner une sépulture, la ville de Nantes décide de leur offrir des obsèques solennelles, et les fait enterrer à la Bouteillerie.


    votre commentaire
  • DécoNantes.

    L'écrin en or abrite le cœur d'Anne de Bretagne.

     

    Le musée Dobrée est fermé depuis sept ans pour des travaux qui n’ont jamais démarré. La faute à un projet de modernisation retoqué à deux reprises par la justice. Il y a un peu moins d'un an, un nouveau projet a été présenté par le conseil départemental, propriétaire du site. On ose timidement avancer une date de réouverture : ce sera à la fin de l’année 2021, soit 10 ans après sa fermeture !

    Entre temps, les ennuis continuent pour le musée, avec le récent vol du reliquaire d'Anne de Bretagne. Mais ouf, il a été retrouvé …

    Toutes ces péripéties révèlent un mauvais climat culturel à Nantes. Des millions sont jetés par les fenêtres, mais qui ne tombent pas dans n'importe quelles poches, pour une politique culturelle "ambitieuse " et surtout déconnectée des aspirations de la population et un vide insondable en matière patrimoniale. On rabiote sur tout et on n'embauche pas forcement des personnels qualifiés. L'élu responsable est emblématique de cette gauche donneuse de leçons et pitoyablement incapable.


    votre commentaire
  • © Marie Suzuki

     

    Ils sont 42 artistes nippons à nous faire découvrir leurs univers, celui de l'art brut de leur pays. Leur particularité ? Ils ne cherchent pas la renommée, ni l’argent… Qu’ils soient autistes, trisomiques ou atteints de psychose, ils utilisent, souvent au sein des institutions spécialisées, l’art comme un moyen de canaliser leur énergie.
    Une expo riche, sensible et surprenante.

     

     >> Jusqu’au dimanche 14 janvier 2018, le lieu unique, quai Ferdinand-Favre, Nantes.

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Ce sont les couleurs d'un soir d'automne sur la Loire. Une Loire orange, une couleur qui lui va bien.


    votre commentaire