• Courez vite au Lieu Unique découvrir "Greenwich, Photomontages 1995/2010", de Jean Lecointre.

    Cet artiste plasticien est un virtuose de Photoshop, outil grâce auquel il nous transporte dans un monde onirique aux ambiances étranges, entre David Lynch et Luis Buñel.

    Ses péripéties pâtissières en images fixes ou animées de la série "Turkish Delights" sont un véritable … régal !

    A découvrir absolument …

     

    Au Lieu Unique, jusqu'au 6 mars 2011

     

    >> Un des films courts de la série "Turkish Delights".





    1 commentaire
  •  

    Au cours de ces "folles journées", la soprano russe Olga Peretyatko a interprété avec maestria les 4 derniers Lieder de Richard Strauss. Le tout dernier lieder : " Im Abendrot (« Soleil couchant ») " est d'une beauté poignante, dégageant une plénitude pacifiée alors que le compositeur était alors au crépuscule de sa vie …


    votre commentaire


  • Elles sont arrivées ensemble dans leurs longues robes colorées.

    Rouge pour la frêle violoniste, Sayaka Shoji et bleue pour la violoncelliste Tatjana Vassilieva.

    Dans le "Double concerto pour violon, violoncelle et orchestre" de Brahms, qu'elles intépretront magistralement ce soir-là, l'ovation fut à la hauteur de leur talent.


    votre commentaire
  •  

    Cette année, la programmation de La Folle Journée de Nantes honore les post-romantiques : de Brahms à Strauss, mais aussi Mahler, Liszt et le moderniste Schoenberg.

     

    Est-ce l'effet de la crise, est-ce une programmation un peu plus hétéroclite qu'habituellement ? Toujours est-il que les places ont moins été prises d'assaut cette année, et qu'à la veille de la clôture : 5000 places n'avaient pas encore trouvé preneurs ! 
    A méditer pour les organisateurs …

     

    J'ai pour ma part pu accéder à 3 moments de grâce féminine, avec:

     

    - la soprano Olga Peretyatko,

    - Sayaka Shoji, au violon,

    - Tatajana Vassiljeva, au violoncelle,

     

    Toutes accompagnées par l'orchestre symphonique de l'Oural dirigé alternativement par Kazuki Yamada et Dmitri Liss

     

    - et en prime, à la Fnac Forum, un mini-récital et interview du jeune pianiste Adam Laloum, promis à une belle et longue carrière!

     

    Un énorme bravo à René Martin, le grand organisateur de cette manifestation typiquement nantaise et qui s'exporte désormais aux quatre coins de la planète.

     

    A suivre, ici même …

     

     

     


    votre commentaire
  • ©Photo : Lucianna Penna

    Hier soir au Lieu Unique.

    Ca commence doucement avec la confrérie Tijane de Tivouane. Une voix claire, mystique à laquelle répond un chœur de quatre hommes ... On n'est pas forcement au Sénégal tant ce chant semble universel. Il est vrai que la Tijâniyya s'est répandue un peu partout: au Magrebh, en Afrique subsaharienne, en Syrie, en Indonésie ... mais aussi en Europe et en Amérique du Nord. La sonorité musicale évoque aussi la musique traditionnelle turque, les derviches ...
    Mais qui est la voix? Qui est le chœur ? Avec le temps tout se mélange pour ne faire plus qu'un chant, une oraison, une communication avec l'au-delà.

    Puis arrive la confrérie Mouride de Touba, et là on est bien en Afrique, par la couleur des vêtements, le collier d'ébène, la gestuelle des chanteurs et l'incroyable soliste des Baay Faal, rasta par la coiffure, classique par le timbre de sa voix ... Et là, tout s'enchaîne très vite sur le rythme accéléré des percussionnistes.

    Pour finir, l'improbable arrivera : les deux groupes, pourtant si différents, vont se mêler sur scène et tous invoqueront, avec la même foi, le nom de Dieu, tous derrière le soliste des Baay Faal dont la voix irrésistible entraînera le salle entière dans une communion d'un soir ... avec, cerise sur le gâteau, les spectatrices africaines en boubous de cérémonie !

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique