•  

    Qui a dit que les quais de Loire étaient souvent gris et tristes ...  ?

    Pour un oeil averti, il en va tout autrement. Voyez ici au hangard 12 ce festival de couleurs : la porte bleue du service des espaces verts, dans la zone jaune ... devant une telle harmonie chromatique, le rouge du panneau de "stationnement interdit" a préféré s'éclipser !


    votre commentaire
  •  

    Le tram est dans le rétroviseur mais le tram est-il rétro?

    Non le tramway de Nantes n'a rien de rétro, c'est même l'un des vecteurs de la modernité de la ville... tout comme le château qui vient d'être restauré de fonds en combles ... Nous sommes ici au coeur d'une métropole qui bouge !


    votre commentaire
  • La rue Fourcroy

     

    La rue Fourcroy donne sur le quai de la Fosse. On y pénètre par un porche sans grand caractère ... quelque 50 mètres plus loin, La rue Fourcroy débouche sur rien d'intéressant et pourtant il s'y dégage une atmosphère particulière ... vous êtes ici au milieu de nulle part ...


      

      


    1 commentaire
  •  

    L'hélice ... hélas ... semble abandonnée ... c'est là qu'est l'os ...

    (Extrait d'un dialogue entre les deux "méga" comédiens qu'étaient Bourvil et De Funès, dans "La Grande Vadrouille").

    La vocation maritime de l'ile de Nantes  est à l'arrêt... en attendant une hypothétique renaissance autour d'un projet de port de plaisance ?

     


    votre commentaire
  • Matrice et moules à petits LU


    Avec la vente des petits LU de Danone à l'américain Kraft, un nouveau monument de notre histoire alimentaire franchouillarde échappe à notre patrimoine.
    Ce petit rectangle plat aux bords crantés fait partie de l'histoire de France au même titre que la baguette et la 2 CV....

     Il a réjoui des générations d'enfants français à l'heure du goûter à une époque, il est vrai, où c'était un luxe de remplacer par des biscuits le morceau de pain agrémenté de carrés de chocolat.
    Mais le charme du petit LU, ce sont ses "oreilles". Avec ses quatre coins renflés, ce biscuit est unique. Il ne se croque pas, il se grignote. Des millions de bouches ont, sur des décennies, entamé un LU par "une oreille". Coin après coin, on déguste le rectangle au goût doré et cuit juste à point. Cela est devenu un art de manger ce gâteau somme toute assez insipide, surtout comparé à ce que le marché offre aujourd'hui.

    La célèbre invention du pâtissier nantais Jean Romain Lefèvre et de son épouse Pauline Isabelle Utile ... porte finalement bien son nom de "bis-cuit" puisque maintenant, après Danone, c'est Kraft qui le fera cuire ... une deuxième fois (bis) ...

     


    3 commentaires