• Billet dédié à Joran, Laurie, Elisa.


    Sur les bords de l'Erdre, les petits bateaux sont légion ...
    Certains portent des noms qui pour nous sont parlants : ceux de nos petits enfants ... Jo, Li, Lo pour Joran, Elisa, Laurie ... Jolilo ... oui, par ici, elle est jolie, l'eau !

     

     


    votre commentaire
  •  

    En ce lieu qualifié de "beau", au centre de l'ile éponyme, en ce début d'année nouvelle, PertiNantes vous présente ses voeux les plus sincères pour 2011.


    votre commentaire
  •  

    Sur le mur gris des anciens ateliers de chaudronnerie d'Alsthom, dans cette partie de l'ile de Nantes qui fait sa mue, une affiche lacérée ... grise elle aussi.

    Mais, malgré ce terne ton sur ton, l'œil est attiré car l'image vous dit instantanément quelque chose ... comme une réminiscence d'un Paris lointain.

    Et parmi les lambeaux de l'image, vous retrouvez le long couloir de la station du métro Montparnasse. Et son tapis roulant vous transporte quelques années en arrière comme l'aurait fait le tapis volant d'un conte onirique.

     


    votre commentaire
  •  

    Sur les bords de Loire, quasiment en centre-ville, d'étranges campements parfois s'installent ...
    Plus que rude, la vie des sans-logis ... d'autant que les marées d'équinoxe de printemps ont contraint ces pauvres hères à aller piquer leur tente ailleurs ...

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Avec son ossature métallique noire, ses grandes baies vitrées et son allure majestueuse, le tribunal de grande instance de Nantes est incontestablement une réussite, même si chacun à le droit d'en contester l'esthétique.

    Mais l'architecte, Jean Nouvel, qui a signé en l'an 2000 cette belle réalisation pour un coût de 53 millions d'euros, se trouve aujourd'hui au cœur d'une procédure engagée par la Chancellerie devant le tribunal administratif.

    Depuis plusieurs années, les lieux abritent en effet une série de malfaçons qui empoisonnent la vie des occupants. Ainsi, quand il pleut à Nantes (et finalement, cela arrive assez fréquemment !), il pleut dans le palais de justice, et la salle des pas perdus se retrouve alors encombrée de bassines d'eau. La modernité côtoie soudain le rudimentaire…
    De même, des dysfonctionnements thermiques obligent les magistrats à sortir les plaids et les chauffages d'appoint. Plus grave, des plaques de béton et de pierre qui ornent la façade se détachent …  Au total, neuf séries de malfaçons ont été listées.

    Jean Nouvel explique que le ministère de la Justice engage cette procédure pour se mettre à l'abri avant que la garantie décennale n'arrive à son terme et en vue de faire jouer les assurances. "C'est un procédé courant", relativise l'architecte.

    Mais, les architectes qui se font plaisir n'habitent pas les locaux qu'ils proposent. De plus, le client (l'Etat) n'est pas obligé de faire construire des bâtiments qui ne sont pas fonctionnels. Il est patent que ceux qui décident ne le font pas avec leur argent mais avec celui des contribuables. Aussi, faudrait-il obliger les décideurs à mieux consulter les futurs occupants et à être plus rigoureux sur le contrôle des travaux. Enfin, les fonctionnaires chargés de la réception des travaux devraient peut-être faire leur travail avec peut être un peu plus de rigueur.

    Alors, même s'il pleut sur Nantes … on aurait les pieds au sec dans notre beau tribunal.

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique