•  

    Hier soir au Grand T, on jouait "Sans objet", une pièce pour un robot et deux interprètes. Et la vedette de ce "pas de trois" inédit et incongru est bel et bien le robot industriel, évoluant à la même vitesse que celle de ses partenaires.

    Parce que j'ai longtemps travaillé dans la construction automobile, j'ai tout de suite reconnu l'artiste. Son nom est :" Kuka kr150". Un robot industriel, 6 axes, de 150 kg de charge utile et pouvant évoluer dans une zone de travail d'un rayon de 3 mètres. En coulisse, bien planquée, il y a son armoire de contrôle: une  KRC2, sans doute. Car le cerveau de notre artiste n'est pas sur scène !

    Le propos d'Aurélien Bory, l'auteur et metteur en scène de "Sans objet", aurait pu se limiter à quelques acrobaties esthétiques autour du thème "cliché" de l'homme et du robot.
    Mais "Sans objet" va beaucoup plus loin, de rebondissements en surprises, le spectacle croise l'art et la mécanique, le rêve et la technique … en faisant endosser aux deux acrobates - Olivier Alenda et Pierre Cartonnet - le statut d'homme-objet, d'ouvrier d'un autre monde, de mutant mi-chair, mi-métal.

    Avec ses deux acteurs et son robot piloté en "live" par le programmeur Tristan Baudoin, Bory signe une pièce optimiste où le geste humain universel est associé au merveilleux d'un automate de l'ère robotique.



    >> Voir "Sans objet" d'Aurélien Bory sur YouTube

    >> Le robot:" Kuka kr150" dans son environnement industriel.



    1 commentaire

  • L’exposition Faire le mur,  que l'on peut voir actuellement au Lieu Unique, est entièrement consacrée à une expression artistique bien présente partout dans nos villes: le graffiti.

    Né aux États-Unis au début des années 60, le graffiti devient rapidement une façon systématique pour des anonymes de poser leurs signatures dans des endroits de forte visibilité.

    Peu à peu, des signatures plus sophistiquées apparaissent et dès les années 80, le graff conquiert le marché de l’art et un nombre toujours croissant de collectionneurs s'y intéressent.

    Au Lieu Unique, plus d’une centaine d’œuvres et/ou objets emblématiques sont présentés au visiteur qui peut ainsi découvrir une forme artistique, entre écriture et image, dont les influences sur la société sont nombreuses et toujours d’actualité.

    A voir au Lieu Unique, jusqu'au 8 janvier 2012.

     

    >> Voir l'expo sur Youtube.

     


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires